Comprendre les différences entre MIG et TIG

28
Partager :

Aujourd’hui, il existe une panoplie de procédés auxquels les professionnels font recours en matière de soudage. Ces différentes techniques ont chacune leurs particularités. Même si elles permettent toutes de pouvoir souder les métaux, on peut noter de grandes différences à leurs niveaux. C’est pourquoi il est conseillé d’opter pour le procédé avec lequel on est plus à l’aise pour travailler. Pour ce faire, vous devez obligatoirement comprendre les différences entre MIG et TIG.

La technique

La principale différence entre le procédé de soudage MIG et TIG se retrouve au niveau de la technique. En effet, le procédé MIG est plus rapide et en termes de soudure, les professionnels préfèrent le MIG. Pendant le soudage MIG, la soudure est créée par un fil électrode alimenté constamment par un pistolet à bobine.

A découvrir également : Combien coûte l'abattage d'un arbre à Paris ?

Il s’agit d’un procédé semi-automatique doté d’un mode d’assistance pour les amateurs. Cela leur permet de réaliser facilement les réglages de tension et vitesse de l’appareil. En plus, les déformations sont également limitées avec le procédé MIG.

Alors qu’avec le soudage TIG, le rythme de soudage est plus lent, mais le travail reste solide, précis et esthétique. Ce type se fait manuellement à l’arc électrique. Avec ce procédé, il n’y a que la dextérité du travailleur qui concourt au résultat souhaité.

A voir aussi : Où passer le Nouvel An 2021 au soleil ?

Le gaz utilisé pour celui TIG est neutre à la différence du gaz inerte pour le procédé MIG. Il faut savoir que ce type de gaz est réparti par une torche en céramique. Retenez que la technique de soudure est la première divergence observée entre le soudage MIG et le soudage TIG.

Les difficultés d’utilisation

Une autre différence entre ces deux techniques est l’utilisation. Le procédé MIG est plus facile à utiliser contrairement au procédé TIG. Ce que vous devez savoir c’est que le soudage MIG peut être effectué aussi bien par des professionnels que par des amateurs. Alors que pour le soudage TIG, il est important d’avoir de l’expérience en la matière. Autrement, vous n’aurez pas le résultat escompté.

En effet, il existe une méthode d’alimentation continue du fil électrode et des systèmes assurant des réglages automatiques. Sachez que ces deux éléments facilitent le contrôle des postes MIG. Avec le procédé TIG, vous devez plutôt garder dans une main le matériau de remplissage. Dans l’autre, ce sera l’appareil pour la soudure.

Il est important de contrôler l’énergie transmise par la torche ou chalumeau et autres. Ce contrôle nécessite souvent de l’expérience, car les gestes doivent être synchronisés. De plus, compte tenu de sa facilité d’utilisation, on progresse plus vite avec la soudure MIG que la soudure TIG.

Les matériaux à souder

Les matériaux qui peuvent être soudés avec ces différentes techniques de soudure varient énormément. Cela signifie que chaque procédé est adapté à des matériaux bien précis. Par exemple, le procédé MIG intervient dans la soudure de plusieurs métaux. On peut dénombrer l’aluminium, l’acier doux ou inoxydable, le cuivre et tout type d’alliage.

Puis, le procédé TIG est beaucoup plus suggéré pour l’acier inox, le titane et l’aluminium. Cela signifie qu’il va de pair avec les métaux fins. Il est aussi d’ailleurs recommandé pour les soudures hyper étanches, les appareils à pression, la tuyauterie et même le nucléaire. Bien que soudant presque les mêmes types de matériaux, le poids du métal peut influer sur le choix du procédé. Pour souder un métal épais, préférez le soudage MIG en raison de sa rapidité à effectuer le travail.

La qualité de soudure

La qualité de soudure fait également partie des grandes divergences qui s’observent au niveau de ces deux procédés de soudure. Lorsqu’il est bien maîtrisé, le soudage TIG donne droit à une soudure plus raffinée et plus claire que le soudage MIG. Cette précision s’obtient grâce à sa technique d’utilisation.

En effet, le gaz neutre utilisé dans le procédé TIG confère une protection permanente au cordon de soudure. Il empêche de ce fait la corrosion du matériau. L’apport en chaleur sur le métal est alors réduit et les déformations thermiques sont amoindries. Ceci favorise une précision de soudure exceptionnelle. Ce procédé est très utilisé dans le domaine de l’art à cause de ses finitions attrayantes.

Partager :