Comment soigner une mycose vaginale naturellement ?

141
Partager :

Quand on a une mycose vaginale, on ressent des démangeaisons au niveau du vagin et de la vulve. Ceux-ci s’expliquent par les levures. Ces derniers peuvent encore se multiplier si vous ne suivez pas un soin adapté et ceci entraînera des pertes un peu inquiétantes. Voici quelques remèdes naturels pour soigner la mycose vaginale.

L’huile de noix de coco

Cette huile de coco agit en tant qu’antifongique et antibactérien. Oui, c’est une anti-levure naturelle. Elle réduit l’inflammation tout en stimulant le système immunitaire. Pour profiter de ses vertus, il faudra appliquer de l’huile de noix de coco vierge sur les parties touchées par l’infection. Pour ce faire, utilisez un coton stérile.

Lire également : Comment savoir si on a une mutuelle ?

Il est également possible de mélanger l’huile de coco avec de l’huile essentielle de tea tree. Il faudra faire ce traitement à raison de deux à trois fois par jour jusqu’à ce que vous n’ayez plus cette mycose.

Le yaourt

Pour rééquilibrer la flore vaginale, vous pouvez avoir recours au yaourt. On parle ici de l’yaourt nature et bio qui renferme beaucoup de probiotiques. Pour ce traitement, vous ne devez pas le consommer, mais plutôt l’appliquer sur la partie infectée. Pour ceci, prenez un tampon hygiénique et imbibez-le de yaourt. Introduisez ce tampon imbibé doucement dans le vagin et laissez-le pendant une heure agir.

Lire également : Comment traiter l'eczéma sur le visage ?

Pour optimiser le traitement, vous pouvez consommer d’autres aliments riches en probiotiques comme le poireau, l’asperge, la tomate, la banane ou le seigle. Prendre des aliments anti-moisissures va également vous faire du bien, donc essayez de mettre dans votre menu du brocoli, des choux frisés, de l’origan ou du curcuma.

L’extrait de pépins de pamplemousse

Cette huile est un puissant antifongique et antibactérien. Il est recommandé dans ce traitement de la mycose vaginale. Elle peut même être utilisée chez la femme enceinte, car elle ne présente aucun effet secondaire et n’a aucune interaction avec d’autres médicaments comme le jus de pamplemousse. Faites tout de même attention de prendre un vrai extrait de pépins de pamplemousse qui est dosé à 1200 mg de bioflavonoïdes.

L’extrait de pépins de pamplemousse est assez puissant et il est préférable de le mélanger à l’huile de sésame. Mélangez une cuillère à soupe d’huile de sésame avec cinq gouttes d’extrait de pépins de pamplemousse. Imbibez un tampon hygiénique de ce mélange et introduisez-le dans le vagin. Gardez ce tampon pendant au moins trois heures et faites ceci une fois par jour pendant une semaine.

La propolis verte

Ce produit végétal à base de résine est vendu en pharmacie et en parapharmacie sous forme de gélules. Ce sont ces dernières qu’il faut prendre dans le cadre du traitement de la mycose vaginale. Si vous tombez sur un extrait liquide de propolis verte, vous pouvez aussi le prendre. Pour ce qui est de sa posologie, référez-vous aux indications du fabricant. Suivez le traitement pendant un mois.

En ce qui concerne la propolis verte, elle a cette particularité d’agir sur les candida albicans qui est responsable de la mycose vaginale. Elle a également des propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes et antimicrobiennes, ce qui est idéal dans ce traitement.

Autres conseils …

Celles qui sont plus sujettes aux mycoses, il est préférable d’oublier certains aliments qui favorisent la multiplication des levures. Évitez donc les glucides à index glycémique élevé comme le pain, la confiture, le miel et les pâtes ainsi que les aliments contenant des moisissures et des levures comme les fromages à moisissures, les charcuteries fumées, le cidre et les jus de fruits industriels.

Essayez d’intégrer à votre alimentation le maximum de quinoa, de sarrasin, de riz et d’œufs. Autorisez-vous également des volailles, des poissons gras et des légumineuses. Buvez aussi un verre d’eau dans lequel vous avez laissé tremper toute la nuit une ou deux gousses d’ail. L’ail a des propriétés fongicides et antibactériennes, donc profitez-en. Pensez également à traiter votre stress qui peut être à l’origine de ces récidives de mycoses.

Comment pouvez-vous vous protéger contre les IST et les mycoses vaginales ?

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y a rien de pire qu’une mycose vaginale ou qu’une IST pour une femme… Malheureusement, il est assez difficile de passer toute sa vie sans IST, à tel point que certaines femmes peuvent même en avoir plusieurs fois dans leur vie. Ainsi, il existe tout de même quelques recommandations que vous pourriez tout à fait suivre afin d’éviter les IST ou encore les mycoses vaginales. Bien évidemment, il n’est nullement question de ne plus du tout avoir d’activité sexuelle, excepté si vous êtes à la recherche d’une solution extrême…

En revanche, nous ne pourrions que vous encourager à vous tourner vers des sites web qui sont spécialisés dans le domaine de la santé : vous pourrez notamment apprendre quand faut-il faire un dépistage d’IST, et même tout ce dont vous avez besoin de savoir pour vous protéger contre ces dernières. Par ailleurs, cet article est particulièrement bien fait pour toutes les femmes qui n’ont pas vraiment l’habitude d’avoir des IST, comme par exemple une mycose vaginale. Bien évidemment, si après la lecture de cet article, vous avez encore quelques questions, alors il vous restera tout de même un dernier recours…

En effet, si vous pensez avoir attrapé une IST par le passé, alors vous pouvez également choisir de vous rendre chez un professionnel de santé, afin de mieux comprendre ce que vous avez exactement. Bien que cela ne soit pas forcément agréable à vivre, il se trouve tout de même que les professionnels du monde de la santé peuvent parfois reconnaître une IST assez facilement, et cela, sans forcément avoir de doutes sur le sujet. Il ne vous reste plus qu’à prendre les devants si vous avez une IST ou une mycose vaginale !

Partager :