Comment calmer une crise de larmes ?

287
Partager :

Il y a un sujet qui me semble rarement abordé par les conférenciers et les formateurs en psychologie : les larmes et leurs effets thérapeutiques. Les pleurs apaisent, rassent et guérissent le cœur. Les endeuillés savent quelque chose à ce sujet. Je partage avec vous mes réflexions sur un phénomène naturel, salutaire et parfois méprisé : les pleurs. Je m’appuierai en particulier sur les écrits du psychologue américain Arthur Janov qui a développé une thérapie primaire.

1) Les pleurs : un sujet tabou ?

Le Dr Arthur Janov confirme ce que je pense : « Pour des raisons inexplicables, cette fonction naturelle a été mise sur l’index ». Au début des années 1990, il demande à un chercheur d’énumérer des publications médicales sur les pleurs. Ce dernier avait à peine trouvé quelques études vaguement liées aux pleurs. Étonnamment, aucune publication n’a mentionné leurs effets thérapeutiques. C’est le cas pour le dire, à cette époque, la médecine avait manqué un phénomène connu de l’ordinaire mortels : l’effet thérapeutique des larmes.

A lire aussi : Comment s'épiler les jambes naturellement ?

2) Peurs : soulagement et… La guérison ?

Devant une personne qui pleure, certains s’inquiètent, d’autres se sentent bouleversés. Les médecins, par exemple, peuvent être enclins à prescrire rapidement des antidépresseurs dans le but de soulager les souffrances de leur patient. On peut se demander si la prescription d’un antidépresseur arrive parfois trop vite, si c’est nécessaire. Un point mérite d’être souligné : pleurer est un mécanisme naturel. Comme le dit Janov, pleurer est : « une nécessité biologique, une tentative de guérison, un effort pour stabiliser le corps ». Une déclaration complète !

Nous en avons tous déjà fait l’expérience : pleurer apporte soulagement et apaisement. Le Dr William Frey du Saint Paul-Ramsey Medical Center au Minnesota a effectué une analyse chimique des larmes de patients en thérapie. Qu’est-ce qu’il a découvert ? Les larmes contiennent des hormones de stress (ACTH). Sans équivoque, dit Janov, les larmes « favorisent l’élimination du biologique composante du stress. » En passant, les larmes causées par les oignons tranchés ne contiennent pas d’hormones de stress, explique le Dr Frey !

Lire également : Comment savoir si une ordonnance est fausse ?

Les pleurs peuvent non seulement soulager et apaiser, mais aussi être curatifs. Janov a vu de nombreux patients libérés non seulement de troubles mentaux, mais aussi de certains symptômes physiques par des pleurs liés à de vieilles souffrances réprimées. Certains patients ont également déclaré qu’ils se sont débarrassés d’allergies, de sinusites, etc. Je suis d’accord avec ce psychologue : « Rien n’est plus puissant sur le plan thérapeutique que de verser des larmes d’enfant. » Malheureusement, les adultes ont souvent une attitude plus ou moins adéquate face aux pleurs…

3) Les pleurs : une réaction parfois mal comprise et méprisée

Qu’est-ce que vos parents ont dit à propos de vos pleurs ? Janov déplore une attitude que certains parents pourraient adopter, malheureusement : « Nous faisons taire vos enfants, nous les appelons « pleurcheurs », nous considérons qu’il est adulte de ne pas pleurer et nous prenons pleurant pour un signe de faiblesse. » Heureusement, cette attitude me semble de moins en moins répandue.

Pourquoi certains parents pleurent-ils parfois les pleurs de leurs enfants ? À mon avis, un adulte qui, enfant, n’avait pas vraiment le droit de pleurer peut avoir du mal à laisser pleurer son propre enfant par la suite. Conséquence similaire si l’adulte n’a pas bénéficié, pendant l’enfance, d’une écoute empathique de la part de ses parents. Logique, n’est-ce pas ? Et selon Janov, certains parents tolèrent mal les pleurs de leurs enfants parce qu’ils : « (…) ne veulent pas s’exposer à quoi que ce soit qui puisse leur rappeler leurs propres souffrances cachées ». En d’autres termes, les parents peuvent porter en eux-mêmes des souffrances dont ils veulent inconsciemment se protéger, des souffrances qui remontent souvent à leur enfance.

4) Empêcher de pleurer : le prix à payer

La douleur (et les larmes) supprimées peuvent-elles avoir des conséquences ? Janov a constaté que certains patients qui ne pouvaient pas exprimer leur tristesse pendant l’enfance avaient les coins des lèvres baissés, une expression faciale mélancolique ou triste. Comme mentionné ci-dessus, il a également noté que les patients s’étaient libérés de symptômes physiques après avoir pleuré en thérapie primaire. Ainsi, a posteriori, on peut en déduire qu’il y a un prix à payer pour retourner votre peine. Pour ma part, j’ai été surpris de voir, il y a quelques années, la disparition d’un mal de gorge (une pression) après avoir pleuré abondamment en deuil d’une relation.

Janov est sans équivoque sur le risque possible d’une répression massive de la punition : « Si nous ne sommes pas autorisés à manifester ce sentiment, si nous ne pouvons pas exprimer ouvertement leur douleur en profondeur, les sentiments « deviennent engourdis » et, au bout d’un moment, la dépression s’installe. Cela a-t-il un sens pour vous ?

5) Les pleurs : un véhicule pour nos anciennes blessures

Je commence parfois à pleurer en écoutant une scène du film Forrest Gump. Je n’ai pas compris pourquoi cette scène m’a tant touché. J’ai décidé d’écouter la scène à nouveau, plusieurs fois — pas par masochisme, soyez sans crainte ! Chaque fois que j’écoutais la scène, je pénétrais plus profondément dans le sentiment, sans faire d’exercice d’auto-analyse. Et puis, j’ai fini par ressentir un besoin ancien qui n’a pas été comblé dans ma petite enfance ; c’est ainsi que j’ai pu comprendre pourquoi la scène venait tellement pour moi. Cette prise de conscience éclairante s’appelle une perspicacité. Aujourd’hui, la célèbre scène du film ne me déclenche plus. Pourquoi ? Sans doute parce que je me suis libéré de la vieille blessure réveillée par la scène du film.

Le Dr Janov résume bien mon expérience personnelle : « Les pleurs ne sont pas seulement utilisés pour exprimer une douleur globale ; les pleurs sont aussi un véhicule qui nous ramène dans le temps à des traumatismes très spécifiques, enfouis en nous par les mécanismes de refoulement (…) Les larmes nous éloignent de la souffrance et démasquent l’inconscient. » Il pourrait On ne le dit pas mieux !

Il n’est pas facile de se connecter avec la vieille blessure réveillée par un film, un livre ou le comportement d’une personne. Beaucoup ne réussissent pas et ne font l’expérience que de ce qu’on appelle une abréaction : une décharge d’émotions sans lien avec la mémoire originelle. Pour de nombreuses personnes, un soutien psychologique sera nécessaire pour apprivoiser, accueillir et ressentir leurs émotions et leurs souffrances récentes et anciennes. Les approches psychocorporelles sont, en particulier, une voie intéressante dans ce sens. Pour plus d’informations, lisez les livres de Janov ou Janice Berger : Emotional Fitness.

Bref,

Les pleurs sont un phénomène naturel, ignoré, mal compris et parfois méprisé. Chez l’enfant comme chez l’adulte, les larmes soulagent, apaisent et peuvent même nous amener à retrouver de vieilles blessures et à nous en libérer. Les pleurs font donc partie du processus de guérison. J’espère avoir réussi à redonner aux pleurs leurs lettres de noblesse.

Livres suggérés

Janov, A. (1992). Le nouveau cri primal. Paris : presses Renaissance. Janov, A. (1997). Le corps s’en souvient. Paris : Editions du Rocher. Janov, A. (1975). Le cri primitif. Paris : Flammarion.

Partager :